Non classé

⚖ La justice française

Posted On mars 7, 2017 at 7:49 by / Commentaires fermés sur ⚖ La justice française

La justice française est-elle réellement indépendante du pouvoir en place ?

« Le 29 septembre, à 10 h 40, la princesse Houssa bint Salmane, 42 ans, fille unique du roi d’Arabie saoudite, était placée en garde à vue dans son 4 000 mètres carrés avenue Foch (Paris 16e).

Accusée d’avoir ordonné des violences et la séquestration d’un artisan plombier parisien, elle recouvrait la liberté près d’une heure plus tard, à la demande du parquet de Paris et de sa section P12, chargée des flagrants délits. À 13 h 30, elle partait pour Londres » source Le Point.

Cette réalité est-elle seulement anecdotique ? ou révèle-t-elle une gangrène du pouvoir judiciaire ?

L’article 64 de la constitution de 1958 prévoit une indépendance totale de la justice, celle-ci devant être garantie par le chef de l’état. Or….

Déjà en décembre 2016, E. Valls a signé un décret qui a fait monter au créneau les juges de la cour de cassation : « Par simple décret du Premier ministre, la Cour de cassation, juridiction supérieure de l’autorité judiciaire, est placée sous le contrôle direct du gouvernement par l’intermédiaire de l’inspection des services du ministre de la Justice, en rupture avec la tradition républicaine observée jusqu’à ce jour », ont-ils écrit dans ce communiqué. 

En son temps, François Mitterand avait verrouillé le pouvoir judiciaire en mettant en place les célèbres « juges rouges ».  

L’intervention du garde des sceaux  pour faire libérer la princesse Salmane relève-t-elle de la raison d’état ? est-il juste de piétiner le code pénal français, pour faire plaisir à un « pays ami », dont l’amitié douteuse ne fait que déverser des fonds apparemment inépuisables ? quel a été le prix de la libération de la princesse Salmane ? quel est le prix de l’honneur ?

Face à cette infamie de plus, infamie de trop, me revient en mémoire le célèbre : « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Il faut se souvenir que La Fontaine a écrit cela dans « les animaux malades de la peste »…. La peste….

Source : Laurane LEPAGE