Coup de gueule d’un commandant de brigade de Gendarmerie Nationale ! 

C’est pas nouveau, ça fonctionne comme cela depuis des décennies… Malheureusement, tous nos élus sont des trouillards !

Ainsi va le monde et la Justice française !
A lire : C’est du vécu, c’est notre société, notre justice, et nos impôts…

Lundi 23h30 le PSIG de X m’informe que le véhicule utilisé par l’auteur du vol d’un ordinateur portable dans un commerce local 3 jours auparavant est stationné sur le parking d’un hôtel de X à 50 km.

2 Solutions :

– 1 OK, c’est bon. De toute façon ça ne donnera rien, et on se recouche…

– 2 OK, il est 23h30, et comme le droit nous interdit de fouiller l’hôtel pour le re- chercher, il faut mettre en place un dispositif pour l’interpeller le lendemain quand il reprendra possession du véhicule, à moins d’identifier sa chambre et de l’attendre à la sortie. Nous sommes en préliminaire, donc pas question de péter la porte pour l’interpeller…

Bien évidemment c’est la solution n°2 qui est à adopter !

Il va falloir tenir la surveillance de 00h30 à … Donc, à compter de l’alerte :

– mise en place d’une surveillance jusqu’à 6h00 par le PSIG de Y dont la pa- trouille est sur roues depuis 23h00 (pas le choix, pas de monde, c’est les vacances…)

– 0h00 : je réveille un adjudant, un chef, et un GAV pour leur demander de se rendre à X rejoindre le PSIG qui est en surveillance : départ 4h30.

– J’appelle la BR qui dépêchera 2 enquêteurs en renfort. Départ 4h30 également.

– 6h00 : ça commence à bouger et sortir de l’hôtel qui, bien évidement, n’a qu’une réception électronique in-foutue de nous indiquer les identités des occupants !

– 7h00 : se pointe un mec au niveau de la voiture. Il est interpellé : il est petit, le teint foncé, la peau mate, pas celle du Maghreb… celle des pays de l’Est. Il dit ne pas comprendre le Français. On finit par lui faire dire le numéro de chambre, on y va, et là on constate qu’il y avait un deuxième mec. Celui-ci s’est barré par la fenêtre…

– Appel des renforts : 3 patrouilles et un maître-chien arrivent, fouille du secteur durant 2 heures. Pas de traces.

– 11h00 : l’individu est repéré dans une grande surface de X. Il vient d’y acheter des fringues pour se changer et est très méfiant.

– A 11h30 il est interpelé par le PSIG de Y. : remis à mes gendarmes, il est porteur de la somme de 4.500 € en espèces… et des clés de la voiture laissée sur le parking.

– Il est placé en garde-à-vue. Il dit ne pas comprendre le français; un interprète est requis. Il demande être assisté d’un avocat ; un avocat est dépêché.

– Une perquisition effectuée dans la voiture permet de découvrir 11 appareils photos numériques et caméscope d’une valeur de 400 à 1.100 € chacun, de 40 perforateurs, perceuses, disqueuses, bien sûr sans factures, et sans le moindre justificatif d’achat. L’ordinateur recherché n’est pas retrouvé.

– Audition : il lui est projeté le film vidéo pris par le système de surveillance lors du vol de PC portable dans le commerce 3 jours auparavant. Tout le mon- de l’identifie (même l’avocat). Lui, persiste à dire que ce n’est pas lui. Il n’a aucune explication quant à la présence de matériel dans la voiture, indiquant qu’il a acheté celle-ci 3 jours auparavant. Il nous prend réellement pour des cons en nous disant ne pas avoir soulevé le coffre. On recherche et identifie le vendeur du véhicule (un autre ROUMAIN aussi) qui, bien évidemment, ne don- ne pas la même version.

– Aucun des appareils n’est inscrit dans les fichiers. On s’attend à la pire décision du Parquet qui pourrait être de lui restituer… La BT locale, pour éviter cela, saisit le matériel en vue de son identification.

– Mes gars qui ont décollé à 4h30, se sont fait chier toute la journée entre avocat, interprète, Parquet et procédure, rentrent à 23h00 avec les putains de races car le Parquet a décidé de prolonger la garde-à-vue…

– 8 heures le lendemain : la putain de … (qu’il a fallu nourrir la veille au frais de l’Etat, malgré sa possession de 4.500 €…) exige d’être visité par un médecin (alors qu’il est plus en forme que nous tous !), comme le droit français l’y autorise. 3 gars l’accompagnent aux urgences de l’hôpital d’où il ressort, bien sûr, avec un certificat n’indiquant aucune contre-indication avec la poursuite de la garde-à-vue. Le second ne nous la joue pas.

– L’audition, malgré les preuves, les charges, les témoignages probants, l’incriminant dans le vol du PC mais également dans le vol d’un autre PC dans les mêmes conditions en octobre 2011, n’amène rien.

– 14h00 : décision du Parquet : convocation au Tribunal pour octobre 2012, remise en liberté… Le deuxième a pu être mis hors de cause (en fait, on n’avait rien, mais il est un complice dans un réseau de vol-recel et écoulement vers l’Est, mais il y a longtemps que les intimes convictions n’ont plus aucune valeur…

Bilan :

– 5 enquêteurs à 4h30 / 23h00 puis 8h00 / 14h00 : 125 heures/gendarmes – 3 patrouilles PSIG + maître-chien : 45h/gendarme
– 19 heures interprète à 30 € de l’heure 570 €
– 4 vacations avocat : 1.600 €

– Visite médicale : 40€
– Indemnité repas des gendarmes qui ont bossé 19h de trait la veille : 0 € (trop de temps pour taper les feuilles d’indemnités)
– Je n’ai pas calculé le Gas-oil, car on me demande de faire des économies de carburant…

Le mec ne se présentera pas au Tribunal, le commerçant peut se mettre le prix des deux PC d’une valeur de 1.800 € chacun dans le cul (alors que notre ami avait sur lui 4.500 € en espèces, qui auraient pu servir à le dédommager…)

En octobre, il sera jugé par défaut, donc avec opposition recevable, et sera inscrit au fichier des personnes recherchée.

Dans trois ans, il tombera peut-être sur un contrôle dans l’espace SHENGEN, et à cette période le dossier aura été enterré ou perdu…

Plus navrant encore :

Lundi : identification des appareils photos et caméscopes qui ont été volés dans un département voisin au préjudice d’un magasin DARTY. Et on fait comment, maintenant, pour l’entendre et l’incriminer sur ces faits, puisque la justice, qui le savait SDF, l’a remis en liberté ?…

______

Ça, c’est le quotidien des gendarmes, en plus des interventions chez les cas sociaux parce-qu’ils ont trop picolé… Tout ça avec des effectifs qui fondent et des décisions de justice inexistantes.

Il m’a fallu prouver 89 vols en 6 mois, commis par un trou-du-cul de 15 ans, pour réussir à le faire enfermer dans un Centre éducatif fermé et le mettre hors d’état de nuire, alors qu’en 6 mois il avait été interpellé 18 fois !

Je n’ai eu la décision de justice qu’en disant au Proc. : « Maintenant, il est en danger, la population locale souhaitant se faire justice elle-même »… Là, le Proc. a flippé et, pour son unique garantie et non celle du mineur ou des victimes, il a pris la décision attendue.

Les cambriolages et les vols explosent partout ; une grande partie est commise par des Roumains (femmes, enfants également), quotidiennement des diffusions sont faites pour les signaler. On les arrête rarement et systématiquement on les remet dehors !

Respectez le Code de la Route, on sera moins indulgent avec vous…

Alors, vous comprenez pourquoi les gendarmes en ont tous PLEIN LE CUL et celui qui les commande ENCORE PLUS QUE LES AUTRES,
et PENSE PLUS QUE JAMAIS À SE CASSER POUR NE PLUS AVOIR
A CONTRIBUER A L’INJUSTICE INSTAURÉE… ?

Salut !